Evenement :

  • 00 JOURS
  • 00 HR
  • 00 MIN
  • 00 SEC
+
<>

Stade JO MASO

Loches Rugby Olympique Club

Un stade nommé Jo Maso

[pano file= »http://www.loches-rugby.com/pano/stade.swf » width= »920″ height= »400″]Plein Ecran

 
  Vendredi, Jo Maso, manager de l’équipe de France, était à Loches pour baptiser le stade de rugby. Un beau cadeau pour les 40 ans du club.

Les membres du Loches rugby pouvaient difficilement rêver plus beau cadeau pour les 40 ans du club, célébré samedi. Au stade de Grand Vau, aurait-on dit encore vendredi matin. Sauf que depuis, le stade, où évolue le club présidé par Chantal Jamin depuis 2006, a été baptisé… par Monsieur Jo Maso en personne. Pour l’occasion, des amateurs du ballon ovale et quelques officiels avaient fait le déplacement. Ils ont pu découvrir la stèle au nom du manager du XV de France depuis 1995. Un monument du rugby hexagonal, 25 fois sélectionné en équipe de France, victorieux du tournoi des 5 nations en 1967 et du grand chelem en 1968, joueur de Perpignan, Toulon et Narbonne, et nommé au Temple international de la renommée du rugby. Vous comprendrez donc que « quand on joue dans un stade Jo Maso, on ne peut pas jouer petit bras », a déclaré en souriant Patrice Doctrinal, président du comité du Centre.

Jo Maso a tout de suite répondu favorablement à la demande du club lochois. « Cette distinction honore tous les gens qui m’ont permis de gravir les échelons du rugby, s’est ému l’ancien centre ouvreur. La confiance que l’on m’accorde doit déboucher sur une volonté de défendre des valeurs, comme le courage, la tolérance (…) »

Parmi la foule venue assister à ce baptême, se trouvait Joseph Miquelestorena, cofondateur du club. Originaire du Sud-Ouest où il vit aujourd’hui, il n’imaginait sans doute pas à l’époque où il a passé une annonce dans la Renaissance Lochoise pour dénicher quelques joueurs, que quarante ans après, le club compterait 160 licenciés. « A l’époque, nous avions du mal à recruter du monde, le rugby n’était pas un sport dans les mœurs, je suis vraiment content de voir que cela fonctionne. »

Samedi, une journée festive était organisée au stade, avec des matchs amicaux de rugby toute la journée. Et une troisième mi-temps entre joueurs actuels et anciens en soirée. Sans quoi cet anniversaire n’aurait pas été fêté comme il se doit.

Julien Saliou

Source : La Renaissance Lochoise

bg slide1